Rangoon ou Yangon et sa majestueuse pagode du 24 au 27 janv
 
  
     

Rangoon ou Yangon et sa majestueuse pagode du 24 au 27 janv

Rangoon, Myanmar (Birmanie) le 27/01/2017

Rangoon et sa majestueuse pagode du 24 au 27 janv

Quelques mots sur le Myanmar 

L'ouverture progressive de la Birmanie crée un engouement touristique sans précédent pour le pays et qui a vu les tarifs hôteliers exploser !

Il n'y a pas si longtemps, la Birmanie - ou Myanmar - était encore un des pays les plus fermés au monde, sous l'emprise totale de la junte militaire. En 2011, la dictature rend officiellement le pouvoir aux civils et notamment à la figure Aung San Suu Kyi, prix de Nobel de la Paix (1991). Depuis, les touristes du monde entier souhaitent venir eux aussi admirer les beautés du Myanmar. Si vous voulez en savoir plus sur l'histoire Aung San Suu Kyi je vous recommande le film The Lady de luc besson

 

 

Myanmar nous voilà 

Nous prenons un vol pour Yangon avec un escale de 10h à Kuala Lumpur. On arrive au Myanmar en fin de soirée bien fatigué car les avions n'étaient vraiment pas confortables. L'hôtel où nous logeons est plutôt sympa. Nous galérons à trouver un endroit où manger. En voyant ce que proposent les petits bouibouis de rues on se dit qu'on n'est pas prêt à s'asseoir parmi les Birmans. Ce n'est pas que les plats ne sont pas appétissants c'est qu'ils sont carrément repoussants. Rien qu'à la vue et à l'odeur, on a envie de partir en courant. 

On finit par trouver un resto qui n'a rien de Birmans...

Avant de rentrer à l'hôtel on se balade dans le quartier chinois, un quartier animé et dans lequel les rues sont décorée à l'occasion du nouvel an chinois. On va faire un tour dans le supermarché du coin, le premier que l'on voit en trois mois de voyage. On s'aperçoit vite que tous les produits sont beaucoup plus chers que ce qu'on avait imaginé... 

 

 

 

Nos premiers pas en territoire Birman

Après avoir pris le petit dej à l'hôtel (un buffet est compris dans le prix de la chambre) nous partons nous balader en ville.

La première chose que l'on remarque c'est la façon un peu étrange dont se maquillent les birmanes. Quelle est cette pâte jaunâtre dont se badigeonnent le visage les femmes et les enfants ? Les hommes aussi, mais dans une moindre mesure... Et bien c'est du tanaka, le produit de beauté préféré des femmes birmanes. Elles s'en enduisent le visage, soit avec juste deux gros ronds dessinés sur les joues, ou alors avec des dessins artistiques. Les enfants en ont parfois le visage complètement recouvert. Le tanaka a un effet rafraîchissant sur la peau, protège des coups de soleil et aide à lutter contre l'acné. 

Autre bizarrerie du pays, le sourire rouge des Birmans. On ne vous en n'avait peut-être pas parlé mais les Indiens, eux aussi ont ce même sourire rouge. Leurs dents et leur bouche sont rouges. 

Alors, pourquoi les birmans ont les dents rouges ?

La coloration vient tout simplement du Bétel que les birmans chiquent toute la journée. Le Bétel est composé de 3 éléments :

- la feuille de bétel (qui enveloppe la préparation), connue pour ses effets antiseptiques rafraîchissants pour l'haleine et très utilisée en Asie du Sud

- la noix d'arec qui n'est autre que le fruit du palmier de bétel

- de la chaux (ce qui explique, entre autres, l'état catastrophique de leurs dents) et des épices

Les birmans chiquent ce doux mélange pour être stimulé et le mélange prend une coloration rouge qui donne cette couleur à leur bouche. Après 5 ou 6 bétels, ils ont la sensation d'être un peu saouls.

Evidemment, qui dit chique dit crachat, et qui dit chique rouge dit crachat rouge. C'est pourquoi on voit un peu partout des centaines de milliers de tâches rouges par terre, qui ressemblent à des grosses tâches de sang. Bahhhh !!

Mise à part ces sourires rouges qui nous rappellent l'Inde, on se sent un peu perdu. Il faut trouver de nouveaux repères. Fini les roupies, maintenant nous payons en Kiats, les coups de Klaxons incessants ont disparu pour laisser place aux chants des oiseaux, les saris et les turbans colorés se sont transformés en longhis (une sorte de paréo) aussi bien pour les hommes que pour les femmes. Les pagodes remplacent les temples hindous. Les regards insistants des indiens et leurs sourires systématiques ont laissé place aux regards discrets et aux comportements presque impénétrables des Birmans. La fraîcheur hivernale s'est transformée en chaleur assommante. L'anglais incompréhensible des Birmans yonchichong succède au charmant accent anglais indiens qui roulent les "r". On se sent un peu perdu face à tant de changements. 

 

 

Visite de l'un des monuments les plus emblématiques du pays : la pagode Shwedagon pagoda.

Une pagode désigne un lieu où se trouve une relique et un lieu de culte pour les adeptes du bouddhisme prenant l'aspect d'une tour de plusieurs étages, circulaire, octogonale ou carrée, caractérisée par un toit évasé ou en épi. 

La pagode Shwedagon est réputée pour être la plus belle, la plus impressionnante et la plus grandiose du monde. Et on peut vous dire que tous ces superlatifs ne sont en rien exagérés. 

Elle est considérée comme l'un des sites les plus religieux pour les Birmans. Ce lieu saint bouddhiste est le premier centre religieux de Birmanie 

Pour la petite anecdote nous avons eu droit à quelques sourires et regards bienveillants pendant la visite. Et devinez de la part de qui ?? D'un couple d'indien pardi !! 

 

Pour ce qui est de manger, on est toujours aussi perdu. Rien ne nous attire, tous nous dégoûte... Du coup ont choisi un endroit simple mais efficace, le KFC. 

Nous partons ensuite nous balader dans le marché Bogyoke. Un immense marché couvert où l'on trouve un peu de tout : antiquités, pierres précieuses, vêtements...

Si la plupart des Birmans semblent indifférents à la vue des touristes, quelques-uns d'entre eux nous accordent quand même un large sourire. Ce sont apparemment les personnes les plus modestes. Comme quoi la modernité et la richesse divisent plus les gens qu'elles ne les réuni.... Mais bon, la ville de Yangon n'est certainement pas la ville la plus représentative du Myanmar concernant l'accueil de la population. Nous sommes à première vue peut être un peu déçu mais nous avons bon espoir concernant sur ce qui nous attend car d'après de nombreux blogs les Birmans sont un peuple vraiment attachant. 

Malgré nos espoirs certains sur ce pays nous avons un peu le cafard... Alors on a rien trouvé de mieux que d'aller nous balader dans le quartier indien de la ville. Et c'est bien joué car en moins d'une heure nous avons fait le pleins de sourire et de regards bienveillants d'indiens. C'est incroyable l'effet positif que nous renvoie ces gens. Requinqués nous partons nous balader dans le quartier chinois qui se trouve à quelques pas de notre hôtel. Les rues sont toutes décorées et on y voit quelques défilés de personnes déguisées car c'est la période du nouvel an chinois.

Aujourd'hui on décide d'arpenter les grandes avenues de Yangon afin de rejoindre les quelques sites majeurs de la ville, comme un bouddha coucher de 70 mètres et le bouddha assis. Deux statues immenses comme vous le verrez sur les photos. Si ces sites nous ont vraiment plu, on peut vous dire qu'ils ont été mérités !! On a mis la journée pour les trouver. On s'est perdu une bonne dizaine de fois sous une chaleur écrasante... Du coup on a visité la ville en long et en large. Entre façades décrépies et buildings ultra modernes, nous avons vu que la ville est très contrastée. Les rues débordent de vendeurs ambulants, de petites échoppes mais aussi d'hôtels de luxe et de boutiques comme Yves Rochers qui est très chers pour le pays. 

 

En fin de journée nous croisons un étudiant qui nous propose de nous faire visiter un monastère. C'est ici qu'il loge pendant ces études. Il nous explique comment se déroule la vie d'un moine bouddhiste, on en voit d'ailleurs pleins qui sont en train de prier dans une grande salle. On fait le tour de tous les bâtiments. Cette rencontre nous aura permis de comprendre certaines choses sur la pratique religieuse Des Moines que l'on croise à tous les coins de rues depuis notre arrivée. 

Ce soir nous allons nous allons faire un tour au marché de nuit. Sur une grande avenue on trouve une succession de stands de nourriture... agréable pour les yeux mais beaucoup moins pour l'odorat. Nous qui pensions manger là, on change rapidement d'avis... on finit dans la chambre avec quelques avocats. Et c'est nos intestins qui nous remercie.

 

Si Yangon était pour nous jusqu'à présent synonyme d'embouteillage incessants (il y a une multitude de taxis qui font qu'il est plus rapide de se déplacer à pied qu'en voitures. Si on ne se perd pas bien sûr !!), de grandes avenues, de supermarché hors de prix pour le pays, aujourd'hui la ville nous a réservé une très belle surprise.

Pour notre dernière journée à Yangon, on décide de prendre un train plutôt pittoresque qui fait une grande boucle autour de la ville. Un trajet de 3 heures qui nous ravi. On est à mille lieux du Yangon qu'on avait découvert jusqu'ici. Nous sommes assis au milieu d'une population très modeste et souriante à souhait. Au fil des arrêts des vendeurs de fruits et légumes montent dans le train et propose au passager des denrées à des prix plus que raisonnables. On découvre le marché qui a lieu sur les rails, à chaque passage du train les vendeurs décalent leurs marchandises pour les réinstaller quelques instants plus tard. On passe devant (malheureusement) devant de nombreux bidon villes, on circule à travers des champs de culture... Le dépaysement est total. On peut aussi mesurer la gentillesse des Birmans lorsque Sandrine achète du maïs. En ouvrant l'épi on s'aperçoit qu'il est tout pourrit... Le marchand étant déjà bien loin dans les wagons suivants, on le remballe et c'est tout. En voyant cela les passagers parlent tous de nous, on les voit bien embêté... Une maman demande à sa fille de retrouver le vendeur et elle revient avec un très bel épi de maïs qu'elle donne à Sandrine. Ce trajet est sans aucun doute le meilleur souvenir que nous garderons de Yangon, avec la pagode bien sûre. 

 

Resto vue pagode

En fin de journée nous récupérerons nos sacs à l'hôtel et nous prenons un taxi jusqu'à la station de bus. Nous mettons plus d'une heure à trouver le bon bus. Personne ne nous aide, lorsque l'on s'adresse à quelqu'un il nous oriente vers un bus qui s'avère jamais être le bon. On finit quand même par trouver le bus qui nous mènera à Chauntha beach. On a 7 heures de route. Le bus dit bus "ordinaire" est très confortable comparé à tous les bus que nous avons pris en Inde. Les passagers sont essentiellement des jeunes aisés de Rangoon, qui partent à la plage pour le week-end. Pendant le trajet personne ne nous regarde, personne ne nous parle :(

On se sent bien seul...


 


 

Commentaires



Autres récits de voyage