Randonée pour rejoindre le lac Inle du 5 fev au 7 fev
 
  
     

Randonée pour rejoindre le lac Inle du 5 fev au 7 fev

Trek Kalaw - Inle, Myanmar (Birmanie) le 07/02/2017

Randonée pour rejoindre le lac Inle du 5 fev au 7 fev

Le grand départ à sonner !

Il est 8 heures et nous arrivons à l’agence avec une certaine appréhension concernant les trois jours qui nous attendent. Plusieurs occidentaux attendent que leur guide les appelle. Nous faisons de même. Nous laissons à l’agence nos gros sacs à dos, ils seront transférés à notre hôtel du Lac Inle, réservé la veille. Sam, le responsable de l’agence, vient nous saluer et nous présente « Nein », notre guide. Une birmane de 23 ans, petite, et toute souriante.

Il est 8h30, nous commençons le trek, c’est parti ! Nous sommes gentiment mis dans le bain avec une petite montée qui nous amène en pleine nature : rizières, pins, palmiers et buffles sont au programme ! Au fur et à mesure que nous avançons nous commençons à faire connaissance avec Nein. Elle est vraiment très agréable et pleine d'entrain ! Ça fait maintenant un an qu'elle a quitté son village natal et travaille comme guide pour cette agence. Il y a quelques mois encore elle ne parlait pas un mot d'anglais. Grâce à ses échanges quotidiens avec les touristes elle se débrouille aujourd'hui très bien. En chemin elle nous apprend pleins de choses sur la vie quotidienne des locaux, sur la nature. Elle est aussi très joueuse et dès qu'elle le peut, elle nous montre un nouveau jeu qu'elle élabore avec des plantes, des feuilles... Étant petite elle n'avait pas de jouet et elle a su donc inventer ses propres jeux !! Et on peut vous dire qu'elle a plus d'un tour dans son sac !! Il est 10h30 et nous faisons une petite pause auprès d’un barrage. Ce petit lac sert donc à alimenter les villages aux alentours et la ville de Kalaw. Nein sort de son sac des cookies en guise de vitamines. C’est donc remplis d’énergie que nous continuons notre marche. Il nous en faut car nous enchaînons sur une montée assez pentue. Une fois la colline grimpée, nous découvrons un champ de thé. Nein nous apprend qu’il reste simplement 20 minutes de marche avant le déjeuner. Nous traversons un champ de mandarines avant d’arriver à notre petit « restaurant d’altitude ». La vue y est sublime. Nous avons face à nous des montagnes à perte de vue, toutes recouvertes de bananiers et de palmiers. Nein s’empresse de filer en cuisine pour nous préparer notre repas. Elle nous apporte ensuite plusieurs plats : des fruits, une salade d’avocats, des légumes et des chapatis, ce fameux pain Indien qu'on a tant aimé... Un petit festin ! C’est donc rassasié que nous reprenons la route.

 

Nous cheminons ensuite pendant près de trois heures dans une forêt, dont 30 minutes sur des rails. Nous prenons un goûter dans une petite gare où Nein nous offre du thé et de très bons gâteaux ! Il nous reste désormais plus qu’une heure avant d’arriver au village ! Après une montée assez ardue, nous apercevons un village au loin ! Un joli sourire se dessine sur nos visages ! "C'est ici que nous logeons ce soir ?"  Mais malheureusement la joie est de courte durée car Nein nous répond que non... " Le village est derrière cette grande colline, nous avons encore une bonne heure et demi de marche. Notre joli sourire disparaît soudainement. Tout comme le power que nous avions jusqu'à présent. Nos jambes commencent à être lourdes et notre motivation flanche un peu. Mais c'est très amusé que Nein nous annoncé en arrivant dans le village que nous apercevions "vous voyez cette maison, c'est ici que nous logeons cette nuit !!!" sa petite blague nous fait bien rire, et on est surtout ravi de s'arrêter là pour aujourd'hui. Nein nous présente à notre hôte avant d'aller nous préparer à dîner. La maison est très jolie, et la pièce dans laquelle nous allons dormir est immense. Deux matelas sont posés sur le sol ainsi qu'une bonne dizaine de couvertures. On nous annonce que les nuits sont très fraîches par ici, mais avec ça on ne risque pas d'avoir froid ! Après une journée de marche, une douche s’impose. La douche s’avère être une énorme cuve d’eau de pluie. Nous voulions du « typique », nous l’avons ! Une bassine, un peu de gel douche et le tour est joué ! Ce fut l’une des plus courtes douches de notre existence, mais dans un cadre plus qu’idyllique. Deuxième découverte sympathique : les toilettes (turques évidemment) sont au fond du jardin, dans une petite cabane au milieu d'une forêt de bambous ! En attendant que le repas soit prêt nous nous asseyons devant la maison et prenons plaisir à regarder les enfants du village jouer avec trois fois rien. Quelques bâtons, un ou deux cailloux et ils s'amusent comme des fous. Tantôt les petits nous regarde amusé, et s'approche timidement, tantôt ils font la grimace comme si nous les effrayons. "" dispose les assiettes sur la table basse dans la pièce où nous dormons et elle se joint à nous pour dîner. Tout comme ce midi, nous avons beaucoup de choix. Soupes, riz, légumes, poulet, fruits, sucreries... Nous nous régalons. Il est à peine 20 heures quand nous terminons de manger et nous ne tardons pas à nous écrouler.

Petit bilan de cette première journée : 25 km parcourus, très peu de courbatures, des dizaines d'images fabuleuse pleins la tête et 3 bonnes ampoules pour Sandrine.

 

Deuxième journée : 27km au programme

On se réveille il est à peine 6 heures, cette longue nuit nous a fait le plus grand bien ! On est carrément d'attaque pour affronter cette nouvelle journée. D'autant plus que Nein nous amène le petit déjeuner dans la chambre. Au menu : fruits, café/thé, pain perdu, riz. Nous remercions nos hôtes pour le logement et entamons notre marche du deuxième jour.

 La brume commence à se dissiper au fur et à mesure que nous « escaladons » la colline qui jonche le village. Les villageois y ont aménagé leurs potagers, quelques rizières « en cascade » et des champs de piments. Avec toute cette verdure et ces couleurs, le panorama est tout simplement sublime. Nous continuons de marcher pendant près de 3h30 avant le déjeuner. En chemin Nein nous apprend de nouveaux jeux. Elle est vraiment très marrante et on prend beaucoup de plaisir à échanger avec elle. Au menu pour ce midi : des noodles, légumes, fruits... Comme d'hab il y aurait de quoi nourrir un régiment ! La nourriture est vraiment excellente durant ce trek. Sandrine, cumul quelques ampoules depuis la veille mais ça va elle tient le choc. En voyant la vie des gens que nous croisons dans les villages et de ceux qui travaillent dans les champs nous ne pouvons pas nous plaindre.

 

Nous repartons pour deux bonnes heures de marche. Nous longeons de nombreuses rizières. Les paysages que nous traversons sont magnifiques. Cette rando qui nous faisait si peur est magique !! Nous faisons régulièrement des pauses, plus pour admirer les paysages que pour nous reposer. Nous sommes d'ailleurs assez surpris de notre résistance physique !! Nous nous arrêtons près d'une rivière et nous prenons plaisir à nous déchausser pour aller nous tremper les pieds dans l'eau glacée ! Ça fait un bien fou !! Il est 17 heures lorsque nous arrivons au village.

 Le village est plus grand que la veille mais tout aussi authentique. On se croirait carrément dans la petite maison dans la prairie, face à Charles Ingals lorsque nous croisons des hommes sur des charrettes tirées par des bœufs. Comme la veille il ni a ni eau courante ni électricité. Des panneaux solaires permettent aux familles de s'éclairer et les gens cuisinent et se réchauffe grace à un feu. Nous entrons dans la maison de nos hôtes : à droite, un petit garçon est en train de jouer avec un ballon gonflable ; au fond, se trouve une petite étable et nous distinguons « la douche » juste à côté. La maison se situe sur notre gauche. Une charmante petite famille vit ici. Nous dormirons une nouvelle fois à l’étage dans une immense pièce. En attendant que Nein prépare le repas nous nous installons sur la terrasse et jouerons avec le petit dernier de la famille. Les enfants Birmans ont une bouille adorable, ils nous font littéralement craquer. Le repas est bientôt près. La cuisine est enfumée mais ça sent terriblement bon. Nous mangeons encore une fois comme des rois. Riz, frites, légumes, fruits, soupes... En fin de repas "" s'installe avec nous et nous apprenons encore à mieux nous connaître. Plutôt plaisant ce petit moment d’échanges... La fatigue commence à se faire ressentir, nous ne tardons pas à nous coucher.

Bilan de la deuxième journée : 27 km, des paysages magnifiques, des jambes d'acier qui n'ont pas flanché et encore quelques ampoules de plus pour Sandrine mais que ça n'a pas découragé.

 

Troisième journée : Plus que 15km !

Réveil à 6h ! La nuit a été encore très bénéfique. On est motivé comme jamais ! Nous avons le droit, une nouvelle fois, à un petit déjeuner royal. C’est parti pour la dernière matinée. Nous enchainons 4h30 de marche. Les champs et les rizières semblent plus arides que les jours précédents. En seulement trois jours, nous avons pu découvrir une végétation totalement différente. La Birmanie renferme véritablement de magnifiques paysages. Nous effectuons une pause dans un petit village où nous retrouvons d’autres groupes de trek. Nein nous offre des samoussas aux légumes. En avant pour la dernière descente. Nous empruntons des chemins aux couleurs rouges/orangées parsemés de cactus qui nous rappelle le désert australien. Et voilà, le trek est bientôt terminé. Nous arrivons dans un restaurant près du Lac Inle. Nous nous installons dans des transats en bambous pendant que Nein se surpasse une nouvelle fois pour ce déjeuner. Salade d’avocats, soupes, riz, fruits... Nous remercions Nein pour ces trois jours passés avec elle, pour sa bonne humeur et son entrain. Il nous reste à présent 10 minutes de marche. Ça y'est nous apercevons le lac. On l'a fait, on a réussi !! On est à la fois fière de nous et très ému. Nous prenons place tous les trois dans une petite barque pour traverser le lac Inle et rejoindre Nyaung Shwe, la ville où se trouve notre hôtel. Nous sommes installés les uns derrière les autres. Nous en prenons pleins les yeux : maisons sur pilotis, montagnes qui se dessinent au bout du lac… Après 1h de navigation nous arrivons à Nyang Shwe. Nein nous accompagne jusqu'à notre hôtel avant de nous quitter et de rejoindre le bus qui la ramènera à Kalaw. 

Bilan de ces trois jours de rando : une randonnée tout simplement géniale qui nous a permis de découvrir des paysages et une population fantastique, différentes ethnies et de voir que les villageois vivent encore de manière très, très ancestrale. Mais aussi de nous dépasser et de partager tous ces merveilleux moments avec une jeune fille Birmane qu'on est pas prêt d'oublier. « Un joli petit voyage en terre inconnue » !

 


 

Commentaires



Autres récits de voyage